MAZDA MX-5 RF : essai avec le Dr Jacquin

Vive les beaux jours !
mazda mx-5 rf
essai de la Mazda MX-5 RF par le docteur Jacquin

Le Dr Jean-Claude Jacquin a essayé pour nous la nouvelle Mazda MX5-RF, une version dotée d’un toit rigide commandé électriquement. Une façon comme une autre de fêter le retour des beaux jours !

Par Jérôme Guet, avec la collaboration de Dr Jean-Claude Jacquin – Photos DR

Présentation et désign
L’avis du Dr Jacquin : « Je trouve que cette voiture a un beau design, avec sa ligne très basse et son long capot avant. Le coffre est tout petit et il y a peu de videpoches – c’est le concept valise cabine qui prévaut ici ! J’apprécie le traitement de l’habitacle, plutôt traditionnel, mais je trouve dommage que les accoudoirs de portes soient positionnés si bas. On ne sait pas trop où poser le coude. Pour le reste, il n’y a pas de fautes de goût. La voiture est même assez discrète pour un roadster. »
L’avis de l’expert : Un roadster se conçoit avec une petite capote en toile. La Mazda MX-5 ne déroge pas à cette règle. Mais une majorité de clients veulent désormais plus de confort, d’où cette version « RF », pour Retractible Fastback. Les ingénieurs ont réussi à intégrer le toit rigide électrique sans abîmer la ligne, en la bonifiant même. Le surcroît de poids reste raisonnable (40 kg) et le surcoût aussi : 2 500 € par rapport à la version à toit souple.

Confort/modularité
L’avis du Dr Jacquin : « Je mesure 1,85 m et, même en réglant le siège en position basse, l’encadrement supérieur du pare-brise gêne mon champ de vision. La planche de bord est classique, j’aime bien les boutons rotatifs, pratiques à utiliser, et le revêtement Alcantara qui est de belle facture. Il est évident que par rapport à une voiture conventionnelle, il vaut mieux être jeune et souple, car la place est quand même comptée. La visibilité est assez limitée, il ne faut pas hésiter à tourner la tête pour contrôler son environnement. »
L’avis de l’expert : Grâce à sa conception en trois parties, le toit rigide préserve presque intégralement le volume déjà fort modeste du coffre (127 au lieu de 130 litres). De même, la garde au toit, elle aussi modeste, ne souffre pas de l’arrivée de ce nouvel attribut. Bref, l’intégration de ce toit rigide dans l’auto est remarquable. En appuyant sur un bouton, il se replie dans son logement en 12 secondes. On profite alors du ciel bleu, avec des remous d’air moins présents qu’avec la version à toit souple.

Agrément de conduite
L’avis du Dr Jacquin : « Le bruit du moteur est très sympathique et le freinage facile à doser. Je suis surpris par la progressivité du moteur en ville, on n’est pas immédiatement collé au dossier du siège quand on accélère. En fait, ce roadster se conduit très facilement, presque comme une voiture normale. De plus, la direction est très précise. J’apprécie aussi de voir le capot, ce qui est devenu rare sur les voitures modernes. Finalement, la conduite de ce roadster n’est pas du tout déstabilisante, comme j’aurais pu le craindre. »
L’avis de l’expert : Le principe d’un roadster, c’est d’offrir du plaisir à toutes les allures, et notamment aux allures légales... La MX5-RF remplit complètement le contrat grâce à son châssis incisif – surtout avec la suspension sport qui équipait notre véhicule d’essai – et à un moteur plein à tous les régimes, doté de surcroît d’une belle sonorité rauque. Commande de boîte parfaitement guidée, direction informative et freinage facile à doser : ce roadster s’apprivoise en quelques minutes. Et la magie opère.

Bilan
L’avis du Dr Jacquin : « C’est une voiture très agréable à conduire et si je devais opter pour elle, je prendrais la version à boîte automatique. Aujourd’hui, les boîtes automatiques permettent de se faire plaisir au volant, surtout avec ce genre d’auto. Malgré ses performances, je pensais qu’elle serait plus virile à conduire. Je suis vraiment étonné par la souplesse de son moteur et la facilité avec laquelle on évolue en ville. Elle n’a pas le côté “sauvage” des roadsters de ma jeunesse, mais c’est l’époque qui a changé ! »
L’avis de l’expert : La greffe du toit rigide électrique est une vraie réussite, car elle n’altère ni la ligne, ni les performances de la MX-5. Même dans cette version limitée à 150 exemplaires « First Edition » et facturée 37 750 €, elle n’a pas de concurrente directe, hormis bien sûr sa cousine Abarth 124 Roadster. Une Lotus Elise Sport est moins polyvalente, tout en étant plus chère. Quant aux Nissan 370 Z Roadster et Porsche 718 Boxster, leurs tarifs et leurs coûts d’utilisation les situent dans un autre monde.

Les tarifs (en TTC)
- Version essayée : Mazda MX-5 RF First Edition : 37 750 €
- Autres versions : élégance : 28 000 € / dynamique : 30 100 € / sélection : 33 500 €

Principales concurrentes
- Abarth 124 Spider 1.4 Turbo 170 ch : à partir de 40 000 €
- Lotus Elise 1.8i 220 ch : à partir de 49 110 €
- Nissan 370 Z Roadster 3.7 V6 328 ch : à partir de 39 300 €
- PGO Cevennes Roadster 1.6i 184 ch : à partir de 44 750 €

Les plus : Présentation, agrément, ligne.
Les moins : Place comptée, suspensions dures.

Vous êtes passionné d’automobiles ? Essayez les derniers modèles avec l’ACMF, contactez-nous par mail : info@acmf.fr