L'initiative café joyeux

Ou comment dépasser le handicap

L’initiative du café Joyeux est née d’un refus. Parce que son fondateur, Yann Bucaille Lanzerac, n’avait rien à proposer à ce jeune autiste venu lui demander un emploi. Donc pourquoi ne pas explorer la piste d’une aventure entrepreneuriale d’un genre nouveau, en mettant les personnes trisomiques ou autistes au centre du dispositif ? Pour l’heure, si le pari économique est juste à l’équilibre, le pari humain et social est déjà remporté haut la main. Rive droite, le café Joyeux est devenu l’un des lieux branchés du quartier de l’Opéra. Et après Rennes, une deuxième adresse parisienne a ouvert ses portes. En tout, les trois établissements (caférestauration) emploient aujourd’hui une trentaine de personnes handicapées qui assurent le service en salle, encadrés par une poignée de managers.

Categorie: