Les livres à emporter cet été

les livres de l'été
@fotolia

Romans policiers, bandes dessinées, essais politiques, prix littéraires ou tout simplement plaisir de la découverte, la rédaction d’ACMF le Mag’ vous propose sa sélection pour que vous puissiez passer l’été à la « page ».

fred_vargas.jpgPolar / Quand sort la recluse,  Fred Vargas Éd. Flammarion, 478 p., 21 €
Trois morts suspectes par piqûre d’araignée dont le venin n’est pas mortel. Non seulement l’enquête s’annonce à nouveau complexe pour le commissaire Adamsberg, mais il doit de plus faire face à la mutinerie d’une partie de sa brigade conduite par son bras droit, le commandant Danglard. Ce dernier aurait-il quelque chose à cacher ?

subutex.jpgPolar / Vernon Subutex 3, Virginie Despentes, Éd. Flammarion, 478 p., 21€
Dernier volet des aventures du disquaire devenu sans domicile fixe que Virginie Despentes nous avait présenté au début de l’année 2015. À travers cet ultime récit des péripéties de son personnage principal propulsé malgré lui au rang de gourou dans le précédent opus, la romancière continue à dresser le portrait acide de notre société après les attentats de Paris et de Nice.

un_certain_climat.jpgBande dessinée / Un certain climat – Dix ans d’actu dans Le Canard Enchaîné, René Pétillon, Éd. Dargaud, 232 p., 19,99 €.
Depuis plus de 20 ans, le créateur de Jack Palmer fait le bonheur des lecteurs du Canard Enchaîné. Ce recueil inédit est l’occasion de retrouver ses meilleurs dessins où Pétillon croque les Corses, l’argent, la société, et surtout « notre beau monde politique et sa facilité  déconcertante à déclencher l’hilarité ou la consternation

mandibles.jpgRoman étranger / Les Mandible : une famille. 2029-2047, Lionel Shriver, traduit de l’anglais (États-Unis) par Laurence Richard, Éd. Belfond, 520 p., 22,50 €.
Nous sommes en 2029, l’économie américaine s’effondre. Le Président, premier Latino-Américain à occuper cette fonction, vient de déclarer le pays en faillite. Une véritable catastrophe pour la très établie famille Mandible qui tombe dans la pauvreté et doit se réfugier chez leur belle fille, la seule à encore percevoir un (maigre) salaire. Une fiction crédible et glaçante dans son exploration des rapports humains sur fond de crise économique.

jours_enfouis.jpgRoman étranger  / Les jours enfuis, Jay Mc Innerney, traduit de l’anglais (États-Unis), par Marc Amfreville, Éd. de L’Olivier, 494 p., 22,50 €.
Après Trente ans et des poussières et La Belle Vie, voici la troisième rencontre avec Russel et Corrine Calloway, les héros iconiques de Jay McInnerney qui approchent désormais de la cinquantaine. En cette année 2006, la maison d’édition de Russel commence à battre sérieusement de l’aile, tandis que, de son côté, Corrine renoue avec un ancien amant. À travers cette exploration du lien conjugal, McInnerney continue à prendre, en filigrane, le pouls de la vie new-yorkaise.

gael_faye.jpgPrix Goncourt des Lycéens / Petit pays, Gaël Faye, Éd. Grasset, 224 p., 18 €
Petit pays est le premier roman de Gaël Faye, jusqu’ici surtout connu comme chanteur-rappeur. Ce récit « qui n’est pas autobiographique », insiste l’auteur, retrace l’histoire de Gabriel, 10 ans en 1992. L’enfant vit au Burundi avec son père entrepreneur français, sa mère rwandaise et sa petite soeur, Ana. Un quotidien heureux et paisible qui s’apprête à basculer dans la tragédie rwandaise.

leila_slimani.jpgPrix Goncourt / Chanson douce, Leila Slimani, Éd. Gallimard, 240 p., 18€
« Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide, contre les réticences de son mari, de reprendre son travail, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le couple. Jusqu’au drame. » Pour ce deuxième roman, Leila Slimani est devenue la douzième femme, en 113 ans, à remporter le prix Goncourt.

presidentielles.jpgEssai / L’Irrésistible Ascension, Alexandre Duyck, Éd. Flammarion, collection Documents et Essais, 300 p., 19,90 €
On la disait jouée d’avance, simple match retour du Sarkozy-Hollande de 2012, puis voie royale pour Juppé, puis pour Fillon. Mais rien ne s’est passé comme prévu… Durant une année, Soazig Quéméner (rédactrice en chef politique à Marianne) et Alexandre Duick (grand reporter) ont infiltré les états-majors des partis et des courants, y recueillant des confidences inédites et assistant à des scènes jamais racontées. Jusqu’au soir du 7 mai, ils ont été les témoins privilégiés des alliances, des trahisons et de tous les coups de théâtre.

bojangles.jpgSorti en poche / En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut, Gallimard Folio, 176 p., 6,60 €
Un père « homme de loi », une mère un peu folle, un enfant charmant et une grue demoiselle de Numidie appelée mademoiselle superfétatoire… Dans cette famille, personne n’ouvre le courrier et les parents inventent chaque jour une nouvelle histoire, tout en dansant sur « Mr Bojangles », version Nina Simone. Ce roman événement du printemps 2016 paraît en poche chez Folio. L’occasion pour celles et ceux qui seraient passés à côté l’année dernière de découvrir toute l’originalité de cette petite merveille de récit.

Categorie: