Les mille et une vertus de la natation

Bien-être
speedo
@speedo

LES 6 BONNES RAISONS DE LA NAGE

• Je me sculpte de manière harmonieuse
La natation fait partie des rares sports qui permettent de modeler le corps dans sa globalité, des mollets, cuisses et fessiers en passant par le dos, les épaules et les bras. Avec un avantage : celui d’offrir un développement musculaire en longueur et pas en volume.

• Je pratique toute l’année
À l’inverse de pratiques extérieures comme le running, on n’est, en natation, jamais dépendant des conditions météo ou des heures de lever ou de coucher du soleil. Pratique, certaines piscines ouvrent très tôt ou permettent de venir s’entraîner en nocturne.

• Je fais un sport complet
Quand on vous incite à « croiser » vos entraînements pour associer, tour à tour, endurance, renforcement musculaire et détente grâce, par exemple, au running, à la muscu et au yoga, vous souriez : impossible à caser dans le planning ! Candidate idéale, la natation associe les trois... en une seule séance !

• Je gagne du temps
E-FFI-CA-CI-TÉ, un maître-mot quand les obligations professionnelles et personnelles occupent déjà bien l’emploi du temps. Bonne nouvelle : 30 minutes d’exercice dans l’eau équivalent à 1 heure de sport hors du bassin !

• Je pratique à l’allure qui me convient
Tous les niveaux peuvent se côtoyer et même cohabiter en piscine. Lors des fortes affluences, des lignes d’eau aménagées permettent de distinguer différentes intensités.

• Je peux toujours apprendre
En France, un adulte sur cinq ne sait pas nager. Pourtant, la natation fait partie de ces disciplines qu’on ne découvre jamais trop tard. De nouvelles méthodes d’apprentissage mêlant technique et relaxation se développent même pour venir à bout de l’aquaphobie.

ENVISAGEZ LA NATATION... AUTREMENT !

Pendant longtemps, l’univers des sports aquatiques s’est restreint à la simple aquagym. Un temps révolu ! : découverte.

Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous peuvent trouver à deux pas de chez eux (piscine municipale ou infrastructure privée) des dizaines d’« aqua-activités » ludiques et conviviales. Appropriées pour tous les publics, elles s’ouvrent même aux nonnageurs puisque la majorité des cours ont lieu dans un bassin où on a pied. La plus populaire reste sans doute l’aquabiking, pour pédaler immergé, au choix à un rythme cool ou très engagé. Parfois praticable dans certains instituts en solo, en cabine et avec un coaching virtuel, il est plus souvent proposé, comme toutes les autres aqua-activités, en musique, en bassin et en petit groupe, coaché par un prof. Le succès de ces pratiques tient à leur diversité : tout le monde peut trouver son compte entre aquajogging pour booster son endurance sans les impacts de la course à pied et aquazumba pour une session danse/fitness. Chez PlanetFitness, on s’initie aussi à l’aquapower pour se renforcer avec des haltères ou à l’aquacombat pour une pratique plus intensive inspirée des arts martiaux.

NATATION EN EAU LIBRE OU SWIMCROSS POUR DE NOUVEAUX HORIZONS

fotolia_159737773_m_p33.jpgDiscipline olympique, la nage en eau libre se pratique en milieu naturel (mer, lac, fleuve...).Pas de longueurs qui vaillent ici mais plutôt un objectif temps. Attention, en revanche, la pratique est bien plus gourmande en énergie qu’en piscine, la faute aux courants, vents et autres conditions météo. Quant aux swimcross,une toute nouvelle activité créée par Récréa (60 centres aquatiques en France), elle se place à mi-chemin entre la natation et les parcours d’obstacles, très tendance. Le concept : une séance de sport 3D (dans, hors et sur l’eau), en solo ou en équipe où chacun est invité à enchaîner des défis sportifs parfois chronométrés.

Sites à visiter
www.masalledesport.com/activites, onglet « Aquatique » pour découvrir toutes les pratiques aquatiques existantes et retrouver les piscines proposant l’activité.
www.swimtrek.com pour s’offrir un « swimtrek », les chaussures de trek troquées contre des palmes !
swimcross.fr pour savoir où s’initier à ce Bootcamp humide !

portrait_dr_cupillard.jpgDocteur Dominique Cupillard, médecin du sport dans la région de Dunkerque, présidente de la commission santé de la FFN.

Qu’est que le volet « Natation Santé » ?

Le volet « Natation Santé » a été créé par la Fédération française de natation (FFN), en 2008 – 2009. Il regroupe un champ d’activités aquatiques dédié à la prévention de la santé des pratiquants, quel que soit leur âge, leur état de santé, leur niveau d’autonomie et leur aisance en milieu aquatique. Nous avons été l’une des premières fédérations, si ce n’est la première, à prendre en considération cet aspect sport santé. La commission a développé des programmes et des formations pour donner les moyens aux clubs de promouvoir cette activité. Avec la ville de Strasbourg et dans le cadre du décret du « sport sur ordonnance », nous avons même aidé à la création d’un club FFN uniquement articulé autour du sport santé.

Que proposez-vous via ces cours ?

La Natation Santé regroupe les activités « Nagez Forme Bien-être » consacrées à la prévention primaire et « Nagez Forme Santé » pour la prévention secondaire et tertiaire. Cette dernière propose une natation adaptée au bénéfice de personnes atteintes de maladies chroniques et en relais d’un programme d’éducation thérapeutique.

Comment ces personnes sont-elles appréhendées et encadrées ?

Nous ne voulons pas que les pratiquants soient considérés comme des patients, que ce ne soit pas stigmatisant. Les populations et pathologies sont donc mélangées au sein d’un même cours. L’éducateur ne va ainsi pas prendre leur tension ou réaliser une prise de  sang. En revanche, il a été formé pour connaître, comprendre et prendre en compte toutes les pathologies auxquelles il peut être confronté et auxquelles il doit s’adapter.

Par Mélanie Pontet