Les coups de coeur "culture" de fin d'année !

cirque Gruss
cirque Gruss - Le Carrousel

Notre sélection pour les fêtes de fin d’année !

cie_les_farfadais-hommage_posthume_icare-quintessence2016rtime_to_film_400_0.jpgCirque Alexis Gruss et les Farfadais : Quintessence au Carrefour des cascades
Paris, jusqu’au 4 mars 2018, puis en tournée dans les Zénith de France

Pour sauver Pégase, l’indomptable cheval ailé divin, Joseph, fils de Bellérophon, doit récupérer un fragment de l’essence de chaque élément : l’Air, la Terre, l’Eau et le Feu…Ce fil rouge mythologique constitue le canevas d’un spectacle équestre et aérien éblouissant de 2 heures 30 : numéros de voltige, d’équilibristes et de jonglerie, carrousel à 26 chevaux… Les jeux de lumière et les paillettes offrent un véritable show à l’américaine dans un écrin féérique soutenu par une chanteuse et un orchestre de onze musiciens. Carrefour des cascades, Bois de Boulogne, 75016 Paris (navette gratuite au départ de la porte d’Auteuil).
Tarifs : de 20 à 75 €.

« Chantons sous la pluie »
Nef du Grand Palais, Paris, du 28 novembre 2017 au 11 janvier 2018

Pendant près de trois mois, pour cause de travaux, le Théâtre du Châtelet s’exporte hors les murs et investit la Nef du Grand Palais pour 47 représentations de la plus célèbre des comédies musicales : « Singin’ in the rain ». Une occasion unique de (re)découvrir, sous la plus grande verrière d’Europe, l’adaptation du chefd’oeuvre de Stanley Donen dont l’action se déroule lors de l’avènement du cinéma parlant. Gene Kelly et Debbie Reynolds eux-mêmes ne seraient pas restés de glace devant la chorégraphie et les performances des danseurs-chanteurs-comédiens de ce spectacle en anglais surtitré.
Tarifs : de 13 € à 148 €.

roy_lichtenstein_drowning_girl_fille_qui_se_noie_1_13273_400.jpg« MoMa à Paris »
Fondation Louis Vuitton, Paris, jusqu’au 5 mars 2018

Le Museum of Modern Art et la Fondation Louis Vuitton annoncent la première exposition majeure à présenter en France les collections exceptionnelles du célèbre musée new-yorkais qui ouvrit ses portes en 1929, seulement quelques jours après le krach de Wall Street. Le titre de cette exposition ? « Être moderne : le MoMa à Paris ». L’occasion d’apprécier, entre autres oeuvres célèbres et pour la première fois en France, la série des « Campbell’s Soup » d’Andy Warhol ou l’« Oiseau de feu » de Constantin Brancusi au travers d’une sélection transdisciplinaire de 200 oeuvres provenant des six départements du musée américain. Jusqu’au printemps, il n’est donc plus nécessaire de traverser l’Atlantique pour pouvoir apprécier ces différentes déclinaisons des temps modernes. Fondation Louis Vuitton, 8 av. du Mahatma Gandhi, Bois de Boulogne, 75016 Paris.
Ouverture : De 11 h à 20 h, fermé le mardi. Nocturne le vendredi (jusqu’à 23 h). De 9 h à 21 h le week-end.
Tarifs : de 5 à 16 €.

Gaspard Proust, « Nouveau Spectacle »
Paris, jusqu’au 31 décembre, puis en tournée dans toute la France

Après deux ans d’absence qui l’ont vu jouer les chroniqueurs télé chez Ardisson avec sa pastille « Elle est pas belle la vie ? » et se frotter au cinéma sous la direction de Frédéric Beigbeder dans « L’idéal », le trublion est aujourd’hui de retour sur les planches. Avec des textes à l’écriture de plus en plus ciselée, qui font mouche tout au long du spectacle, l’auteur aborde pêle-mêle : l’actualité, les bobos, le sexe, les relations hommes-femmes ou encore les terrasses des cafés parisiens post-attentats. Pendant près de 1 heure 30, la fulgurance est constante mais gagne aussi (légèrement) en gravité par rapport à son spectacle précédent et finirait, presque, sur une note d’espoir. Gaspard Proust prouve à l’évidence que Pierre Desproges avait raison : on peut bel et bien « rire de tout, même si ce n’est pas avec tout le monde ».
Ouverture : Du mardi au samedi à 21 h.
Tarifs : de 20 à 59 €.

melville-3d-bd_ok_400_270.jpgAnthologie Melville

À l’occasion du centenaire de la naissance de Jean-Pierre Melville (1917-1973). Et alors que l’Institut français propose une rétrospective internationale de l’oeuvre de l’un des plus grands maîtres du polar hexagonal (www.institutfrançais.com), Studiocanal vient de sortir un coffret contenant ses plus grands films en version restaurée et quelques inédits. Des classiques, certes, comme L’Armée des ombres, Le Cercle rouge ou encore Le Silence de la mer, mais aussi Vingt-quatre heures de la vie d’un clown, son court-métrage qui suit le clown Béby, vedette du cirque Medrano dans les années 1940. Le coffret de cette Anthologie Melville est aussi accompagné de 9 heures de supplément et d’un livre exclusif de 76 pages.
Coffret de 12 DVD : 119,99 € en Blu-ray et 98,99 € en DVD.

Jean-François Millet,
Palais des Beaux-Arts, Lille, du 13 octobre 2017 au 22 janvier 2018

Le nom de Jean-François Millet résonne à travers le monde, associé à celui de L’Angélus, sans doute le tableau le plus célèbre de l’art occidental, avec La Joconde. Pourtant, paradoxalement, Millet est un peintre mal connu aujourd’hui. Dessinateur hors pair et pastelliste lumineux, les grandes figures paysannes tels Le Vanneur, Le Semeur, L’Homme à la houe ou encore Les Glaneuses peuplent son oeuvre. Au travers du paysage et de la scène quotidienne, il fait preuve d’une sincérité, d’une émotion et d’une poésie graves, restituant la grandeur universelle du monde paysan. Cette rétrospective Millet est aussi accompagnée d’un volet dédié à l’influence du peintre dans l’art américain du XXe siècle.
Ouverture : Le lundi de 14 h à 18 h. Fermé le mardi. De 10 h à 18 h de mercredi à dimanche.
Tarifs : de 4 à 7 €.

7-_asterix_564_copyright.jpgGoscinny et le cinéma ; Astérix, Lucky Luke et Cie
Cinémathèque, Paris, jusqu’au 4 mars 2018

Cette année marque le quarantième anniversaire de la mort du co-créateur de ces personnages emblématiques de la bande dessinée française, sans oublier bien sûr Le Petit Nicolas. À cette occasion, la cinémathèque présente une rétrospective très documentée et franchement réjouissante d’un des rois de l’humour à la française. Extraits de films, planches originales, scénarios, écrans interactifs, costumes de films, cette exposition se dégustera le mieux en famille, toutes générations confondues. À noter que le musée d’art et d’histoire du judaïsme propose aussi une belle expo Goscinny, y livrant un portrait plus intime et moins connu de l’auteur.
Ouverture : Tous les jours, sauf mardi, de 12 h à 19 h.
Tarifs : de 5,5 à 11 €. Plus d’info : www.cinematheque.fr
« Goscinny, au-delà du rire », au musée d’art et d’histoire du judaïsme, 75003 Paris. Jusqu’au 4 mars.
Tarifs : de 5 à 8 €. Plus d’info : www.mahj.org/fr

Exquises esquisses, du projet à la réalisation
Musée Magnin, Dijon, du 18 nov. 2017 au 18 mars 2018

"L’esquisse peinte, première notation et aperçu général d’une composition, naît chez les peintres vénitiens de la Renaissance. Elle est parfois suivie d’un modèle, esquisse aboutie et étape intermédiaire entre la première pensée et la réalisation finale." La collection Magnin présente ici, dans l’un des plus beaux hôtels particuliers du XVIIe siècle de Dijon, quatorze « paires de peintures » (et une tapisserie) allant de l’atelier de Rubens à Ferdinand Humbert, souvent spectaculaires par la différence de format entre l’esquisse ou le modèle et l’oeuvre finale. En parallèle, les autres esquisses peintes de la collection – une soixantaine – sont présentées au premier étage du musée.
Ouverture : de mardi à dimanche de 10 h à 18 h 30. Tarifs : de 4,50 à 5,50 €.
 

Categorie: