Don d'organes et de tissus : ce qui change au 1er janvier 2017

Simplifier le don d'organes. C'est le principal objectif de cette nouvelle législation.
dons_d'organes_ce_qui_change
Photo @infirmiers.com

Avec la loi de modernisation de notre système de santé promulguée le 26 janvier 2016, de nouvelles modalités de refus de prélèvement d'organes ont été définies et rentreront en vigueur au 1er janvier 2017. Avec elles, l’État espère voir augmenter le nombre de greffes. Pourtant les infirmiers coordinateurs se disent mal à l'aise avec ces nouvelles dispositions. Explications.

Dès janvier 2017, les Français pourront s'inscrire en ligne sur le registre national des refus

Simplifier le don d'organes. C'est le principal objectif de cette nouvelle législation sur le consentement présumé et le refus de prélèvement qui sera appliquée dès le 1er janvier 2017. Depuis 1976, chaque Français est considéré comme donneur d'organes présumé et consentant si aucune opposition n'a été exprimée de son vivant, mais les modalités de refus demeuraient abstraites pour beaucoup. Désormais, celles-ci, ainsi que le rôle que pourraient jouer les proches, seront clarifiées dès le début de l'année 2017. Un changement qui est loin de faire l'unanimité chez les soignants, notamment les infirmiers coordinateurs en charge des prélèvements d'organes et de tissus.

En 2015, Le nombre de greffes a augmenté de 7%

Exprimer son refus

Dès janvier 2017, les Français pourront faire connaître leur souhait en.... lire la suite