Cors au pied, rhume : les urgences ne doivent pas être l'open-bar de la médecine générale

Joseph Ingrassia est médecin urgentiste à Marseille, dans les Bouches-du-Rhône. Il exerce depuis une trentaine d'années.
service_urgences_argenteuil
Service des urgences de l'hôpital d'Argenteuil (95), le 31/12/2009 (HADJ/SIPA)

Joseph Ingrassia est médecin urgentiste à Marseille, dans les Bouches-du-Rhône. Il exerce depuis une trentaine d'années. Pour lui, si les urgences sont aujourd'hui engorgées, si les patients sont parfois amenés à attendre sur des brancards, dans les couloirs pendant des heures, c'est surtout à cause de l'incivisme de certains.
Je m’en souviens comme si c’était hier. 1986 : interne dans un petit centre hospitalier régional, je m’apprête, la boule au ventre, à effectuer ma première garde aux urgences. Un vieil aide-soignant aussi proche de la retraite que moi de mon début de carrière d’urgentiste me prend par l’épaule et me regarde curieusement à travers l’épais verre de ses lunettes en écaille. Il a dû sentir mon inexpérience et mon appréhension :
"Tu verras petit, il n’y a pas d’urgences, mais que des gens pressés".

Cette phrase, frisant la provoc', je ne l’ai jamais oubliée. La boule au ventre a disparu. Au fil des années, l'assurance et.... lire la suite

Categorie: