Qui sont les médecins de demain ?

Les 27 et 28 janvier derniers s’est tenu le congrès de l’ISNAR-IMG à Nancy. L’occasion pour l’ACMF d’échanger avec la nouvelle génération de médecins généralistes.
Congrès ISNAR-IMG_ACMF
Qui sont les médecins de demain ? @fotolia

Dans un contexte particulièrement chahuté, nous nous sommes intéressés à comprendre leurs motivations et attentes. Une enquête exclusive de l’ACMF qui révèle un profond changement de paradigme !

enquete_acmf_isnar-img.jpg

Six cents internes étaient venus assister à des conférences, participer à des ateliers, à des tables-rondes ou simplement réfléchir et échanger sur la pratique de leur futur métier. Rien de très original, jusque-là…À l’ordre du jour «Évolution de la médecine générale : un enjeu national en 2017», «Vivre la révolution numérique», «Médecines anciennes vs nouvelles pratiques», etc.
Sujets déjà révélateurs d’une certaine rupture entre «modernes» et «classiques»… Revendiquant pleinement son rôle de «facilitateur de vie des professionnels de santé», l’ACMF a profité de sa présence sur le congrès pour administrer un questionnaire portant sur la manière dont ces internes envisagent leur carrière, leur vie personnelle et leurs priorités.
Comment entendent-ils concilier vie privée et vie professionnelle, condition essentielle de leur équilibre et bien-être ? Sans oublier, ce qu’ils peuvent attendre de l’ACMF, dont la mission est précisément de faciliter la vie des médecins depuis plus de 60 ans.

Qui étaient les sondés ?
Sur les 600 visiteurs, nous avons eu 116 répondants (environ 20 % des internes), âgés de 24 à 27 ans (83 %), en majorité célibataires (54 %), plus de deux-tiers de femmes (68 %), et au début de leur internat (77 % en 1ère et 2e année).

Que nous ont-ils appris ?
S’inscrivant pleinement dans la génération «Y», les étudiants en médecine ne sont décidément plus prêts à «faire passer leur carrière professionnelle avant tout le reste». Témoins des profonds bouleversements de la santé depuis plus de 20  ans, ces jeunes médecins n’entendent pas sacrifier leur vie amoureuse (46 %), familiale, amicale et sociale (38 %). Leurs ambitions, comme leur vocation, ne justifient pas de risquer le syndrome d’épuisement professionnel, trop fréquent chez  leurs ainés et leurs pairs. La notion d’épanouissement personnel est au centre de leurs préoccupations, ils veulent être libres et pouvoir gérer leur temps. Si la plupart d’entre eux continuent de vouloir exercer en libéral (65 % des sondés), ils privilégient une installation dans un cabinet partagé (71 % des sondés).

Et leur bonheur dans tout ça ?
Nos jeunes internes sont catégoriques, leur bonheur passe avant tout par les relations humaines : leur couple en premier, ensuite leur famille et enfin leurs amis et connaissances. La réussite professionnelle n’est clairement plus un déterminant  dans leur équation du bonheur. L’un des sondés l’a d’ailleurs exprimé de la manière suivante : «ça c’est bon, c’est fait !»

L’offre de l’ACMF : une heureuse découverte
Si peu de jeunes avouaient connaître l’ACMF, ils étaient toutefois heureux de découvrir qu’une association confraternelle se souciait de la qualité de vie des professionnels de santé. De même qu’ils ont très bien saisi l’intérêt des offres et l’utilité  des avantages, services et assistances que l’ACMF propose à ses adhérents. En témoignent les résultats du sondage : 56 % des jeunes considèrent qu’accéder à une conciergerie de services et à un assistant personnel, sur simple appel, est un réel service au quotidien. Ils y voient, effectivement, la possibilité de gagner un temps précieux pour des tâches qu’ils n’ont pas envie de gérer, comme organiser un déménagement, trouver un artisan, un réparateur informatique, une femme de ménage ou encore rechercher un logement…

Ils se disent, par ailleurs, très séduits par les avantages du Club ACMF et aimeraient bien eux-aussi bénéficier de réductions et d’offres spéciales, au même titre qu’un salarié qui dispose d’un comité d’entreprise (CE). Tout ce qui a attrait au  voyage remporte largement la palme (à plus de 70 %), suivi de l’équipement de la maison (décoration, électroménager), des sorties (cinéma, spectacles), et enfin de l’univers high-tech.