Cet été, on part sur Mars (ou presque…) !

DOCTEUR 3.0 / CONQUÊTE SPATIALE

Des montagnes, des volcans, des canyons, des cratères, beaucoup de poussière et d’oxyde de fer (d’où la couleur rouge) et une géologie diverse et complexe… À quelques détails près (comme son atmosphère ultrafine), notre planète voisine nous ressemble.

À sa formation, au même moment que la Terre il y a 4,5 milliards d’années, de l’eau était présente à la surface de la planète (elle coule d’ailleurs toujours, de manière saisonnière et en faible quantité) et l’atmosphère était plus épaisse et plus protectrice, avant un changement climatique étudié par les chercheurs avec grand intérêt. La planète rouge a aussi des nuages, du vent, des tempêtes de sable et deux lunes. Tenté par une exploration des terres sauvages de Mars ? Suivez le guide.

DÉPART : OBJECTIF 2024
En 2013, l’ingénieur aérospatial et premier touriste spatial, l’américain Dennis Tito, nous promettait un départ pour 2018, une année particulièrement favorable puisque la planète bleue et la planète rouge sont au plus près depuis ces 15 dernières années – 200 jours de voyage plutôt que 250. Elon Musk, fondateur de la compagnie aérospatiale Space X, table sur un premier vol cargo (pour emporter les ressources nécessaires) en 2022, avant d’envoyer le premier vol habité en 2024. La NASA, elle, parie sur la décennie 2030. Sur place, la mission pourra durer de 30 à 550 jours et le retour entre 180 et 430 jours. À moins que vous ne restiez sur place pour toujours, comme le suggère Mars One, projet qui propose un aller sans retour. 

LES MILLIARDAIRES DE LA TECH DANS LES STARTING-BLOCKS
Dans la course à la conquête spatiale, Elon Musk semble être en tête avec sa compagnie Space X, fondée en 2002 pour faire de l’humanité « une espèce multiplanète ». Soyez prêts cependant, le PDG prédit aux candidats au voyage sur Mars « une grande chance de 40110297852_6173e5cae6_o_elon_musk.jpgmourir ». Voilà qui est dit. Un autre milliardaire de la Silicon Valley, Jeff Bezos, a pour objectif de rendre les vols suborbitaux accessibles au (riche) public avec sa compagnie Blue Origin, fondée en 2000. Si le patron d’Amazon n’a pas donné de date pour sa virée vers Mars, ses essais avec sa dernière fusée réutilisable New Glenn ont été concluants. Richard Branson, PDG de Virgin Group, a lui aussi investi dans les vols spatiaux privés avec sa compagnie Virgin Galactic. Mais le milliardaire britannique le reconnaît : « Je ne suis pas aussi passionné par Mars qu’Elon », a-t-il dit lors d’une conférence économique en octobre 2017. Il se concentre plutôt sur le tourisme spatial, une option certainement plus rentable. On peut aussi regarder du côté de Mars One, un projet lancé par l’ingénieur néerlandais Bas Lansdorp qui prévoit de s’appuyer sur les technologies développées par les entreprises comme Space X. Lansdorp prévoit de financer le voyage en organisant une téléréalité autour du travail des astronautes, aucun retour n’est prévu pour les colons. Plus de 200 000 candidatures ont été reçues et 100 candidats ont été présélectionnés (dont un Français).

ET LA NASA DANS TOUT ÇA ?
L’agence spatiale internationale a été le chef de file de l’exploration de la planète rouge – mais ses premiers pas étaient robotiques. En 1964, elle lançait sa première mission réussie en orbite autour de Mars avec Mariner 4, et obtenait ainsi les premières images de la planète rouge. Il y a en ce moment trois vaisseaux en orbite et deux véhicules à la surface de Mars, des rovers, dont Curiosity, envoyé en 2012. Il prend des photos détaillées, effectue des prélèvements géologiques et les analyses dans ses laboratoires embarqués dans le but de déterminer si Mars a été porteuse de vie. Pour ce qui est d’une mission habitée, l’agence internationale veut envoyer des astronautes sur Mars au cours de la décennie 2030, possiblement en faisant escale sur la Lune.

UN ÉQUIPAGE ÉCLECTIQUE
Au vu des candidats présélectionnés par Mars One, les profils de l’équipage seront vastes : des étudiants du monde entier, un développeur logiciel, un ingénieur physicien devenu comédien ou encore une Japonaise de 50 ans qui veut ouvrir le premier bar à sushis sur Mars. Côté Français, c’est Jérémy Saget qui a été retenu, médecin généraliste spécialiste de la médecine aérospatiale et ceinture noire de judo. En tout état de cause, l’équipage devra passer un dépistage approfondi de problèmes médicaux potentiels – la longueur de la mission rend probable le déclenchement d’une maladie. Les candidats devront avoir un profil psychologique solide pour supporter le stress intense d’un risque permanent, le confinement prolongé et l’impossibilité d’établir un dialogue en temps réel avec la Terre (le emc-poster-astro-hab-lores_astronaute_exterieur.jpgdélai de latence peut aller de 3 à 20 minutes, jusqu’au black-out total lorsque le Soleil est placé entre les deux planètes).

PRÉSERVER L’ESPÈCE HUMAINE
On ne va pas vous mentir, Mars ne sera pas de tout repos. Les premières choses à faire seront d’établir un campement, d’installer des panneaux solaires, de déterminer s’il est possible de faire pousser de la nourriture sur place. Une fois le camp installé, les choses sérieuses commenceront : la recherche. Selon la NASA, l’une des principales missions sera d’étudier la formation et l’évolution de la planète Mars, son histoire climatique (Mars a eu de l’eau liquide à sa surface à un moment de son histoire, condition essentielle à la vie telle qu’on la connaît) et la possibilité d’une vie passée ou présente sur Mars. Vous aurez la lourde tâche de préserver l’espèce humaine. Une position défendue par le regretté Stephen Hawking et par la NASA, qui affirme sur son site que Mars « pourrait être un jour une destination pour la survie de la race humaine ». Plus alarmiste encore, Elon Musk : « S’il y a une troisième guerre mondiale, il faut s’assurer qu’il y a une graine suffisante de civilisation humaine pour la ramener et raccourcir la période de l’âge sombre », affirmait-il en mars dernier. Alors, prêt ?

POUR ALLER PLUS LOIN
Mars ou non, on a toujours besoin d’un bon livre ou d’une bande-son pour accompagner nos vacances. Sélection pour mettre votre esprit en orbite.
img_0071.jpgL’ALBUM : Jeff Mills, Planets
Jeff Mills, pionnier de la techno originaire de Detroit, est un passionné de l’espace et l’a souvent mis en musique. Alors que le producteur travaille sur la série The Outer Limit, où il raconte en mots et en musique les trous noirs et les missions spatiales en collaboration avec la NASA (à écouter sur la radio NTS.live), on se plonge à oreilles perdues dans Planets, une partition techno jouée par un orchestre symphonique où chaque piste met une planète en musique. Magistral.
the_future_of_humanity_cover.jpg.rendition.460.707.pngLE LIVRE : The Future of Humanity, Michio Kaku (2018), non traduit
« Nous devons quitter la Terre ou nous mourrons », prédit Michio Kaku, physicien et futurologue américain et scientifique renommé. Dans son dernier livre, sorti en février dernier, l’auteur explore le futur d’une humanité multiplanète au travers des développements technologiques en intelligence artificielle, robotique, nanotechnologie et biotechnologie. Un voyage fascinant au-delà de notre galaxie, de notre enveloppe corporelle (il veut envoyer notre
martian_572x716.jpgLE FILM : Seul sur Mars, Ridley Scott (2015)
Au cours d’une expédition sur Mars, l’astronaute Mark Watney, joué par Matt Damon, est laissé pour mort et l’équipage repart sans lui. À son réveil, il est livré à lui-même. Le reste est un récit d’ingéniosité et de rage de vivre, fruit d’une collaboration entre Ridley Scott (Alien) et les scientifiques de la NASA, avec de vrais morceaux de technologie dedans.

Dossier réalisé par Elsa Ferreira